Conserver, restaurer, faire vivre le patrimoine, agir pour sa mise en valeur et sa transmission sont au coeur des préoccupations du Conseil général, qui s'est notamment doté dans le cadre de la charte de l'an 2000 d'un plan spécifique de réhabilitation des moulins.

Chaque année, ce sont plus de 650 000 euros qui sont investis dans la sauvegarde de notre patrimoine, touchant le "petit" patrimoine rural comme le plus monumental, qu'il soit ou non protégé au titre des Monuments historiques, qu'il appartienne au domaine public comme au domaine privé.