Ce moulin, créé à l'initiative de l'abbaye d'Eysses, est attesté dès le XIIIème siècle.
A la fin du XIXème siècle, le moulin à blé est transformé en minoterie industrielle puis en véritable complexe industriel.
En 1927, le moulin subit une crue très importante et, après la guerre, devient le siège d'EDF. Il interrompt ses activités en 1969 et est acheté par la mairie en 1981.
Il abrite désormais le musée de Gajac.

N° inventaire : 145
Nom du moulin: Gajac

Localisation:
Canton:
Villeneuve-sur-Lot nord
Commune:
Villeneuve-sur-Lot
Lieu-dit: Moulin de Gajac
Cours d'eau: le Lot

Moulin en 2001.
Etat du moulin en 1899 :
Ne figure pas dans l'inventaire de 1899. Seuls les cours d'eau non navigables avaient été pris en compte dans l'enquête.

Etat du moulin en 1997 :
Passage de l'eau sous le moulin : non
Murs : en pierres et en briques, dans un état de conservation moyen
Toiture : en tuiles, en bon état
Meule : non
Coffre en bois : non
Système de mouture : non
Vanne de décharge : non
Déversoir : non

Pour en savoir plus...
Historique :

Le moulin primitif de Gajac, bâti à l'initiative de l'abbaye bénédictine d'Eysses, est attesté dès le XIIIème siècle. Il s'agissait d'un moulin à blé doté de quatre paires de meules et associé à un barrage. La ville se développe au XIIIème siècle en aval de ce moulin, après le contrat de paréage signé en 1264 entre Alphonse de Poitiers, Comte de Toulouse, et l'abbé d'Eysses.
Lors des Guerres de religion du XVIème siècle, les protestants ravagent le moulin (en 1562 et 1577) avec l'abbaye et ses autres dépendances. Il est réparé en 1594.
En 1763, il est vendu à de riches marchands de la ville, les frères Bercegol, et change de propriétaire à plusieurs reprises par la suite. A la fin du XVIIIème siècle, le bâtiment est agrandi et exhaussé, tant les crues sont dangereuses et fréquentes.
En 1870, le moulin et ses annexes sont vendus à un négociant bordelais, Jean Osmin Jaubert, qui le modernise en transformant le moulin à blé en minoterie industrielle.
Il fait construire la digue, introduit des turbines hydrauliques et autres accessoires destinés à assurer une fabrication plus rapide.
Dans les années 1890, l'ensemble de Gajac est devenu un véritable complexe industriel car aux activités traditionnelles de meunerie s'ajoutent une boulangerie, une scierie, une filature, une souffleuse affectée à la confection des chapeaux de feutre et un atelier de fabrication de peignes de corne.
La société d'électricité Renoux fait l'acquisition du moulin en 1896 et le transforme en une centrale électrique puissante et moderne.
Le 10 mars 1927, une crue exceptionnelle du Lot engloutit les trois niveaux inférieurs. L'installation est modifiée par la suite de manière à fournir du courant alternatif et, après la nationalisation de la production d'électricité en 1946, le moulin devient le siège de la subdivision d'Electricité de France de Villeneuve-sur-Lot.
En 1969, le moulin interrompt ses activités. La ville fait sont acquisition en 1981 et décide d'entreprendre sa restauration dans l'optique d'y installer un musée en 1985. Le musée de Gajac présente désormais les collections de beaux-arts appartenant à la ville ainsi que des expositions temporaires.

Description :
Le moulin de Gajac est une bâtisse en forme de T, dont la barre verticale s'avance sur le Lot. Cette partie se compose de quatre étages et d'un 5ème niveau mansardé. De part et d'autre du corps principal, sont disposées deux ailes possédant chacune deux étages. De lourds travaux ont été réalisés concernant l'intérieur et la couverture : toiture et charpente remaniées, planchers remplacés par des dalles de béton, etc... Le matériel hydraulique du moulin, ainsi que les transmissions et les machines n'ont pas été conservés.





Le moulin de Pont de Bias
Le moulin de Gajac
Le moulin de Lalande
Le moulin du Vieux Soubirous







Les moulins dans
tous leurs états
Accèe
cartographique
Circuit
découverte
L'actualité Restaurer
les moulins
Contacts
Accueil