Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

Supports d'écriture

Outils et instruments
d'écriture

Les encres

Styles d'écriture

Les livres, les reliures

Textes de l'Agenais

Exercices

Liste des documents
suivant leurs cotes


Textes et écritures au Moyen Age en Agenais

Le papyrus
....................................................................

Du grec papyros, qui viendrait du copte papirro, qui signifie « royal ».

L’Égypte, le Nil...depuis 3000 avant J.-C.
Puis les grecs l’importèrent et ensuite les romains.
Mais la fabrication du papyrus demeura longtemps un monopole égyptien et fut une source importante de revenus pour les Ptolémées qui en firent un monopole royal (IIIe siècle avant J.-C.).
Son usage fut maintenu jusque dans la seconde moitié du VIIIe . Ainsi les documents produits par la chancellerie royale mérovingienne furent écrits sur papyrus. En Occident, le dernier original de papyrus qui nous est parvenu est un acte de Léon IX, du 25 décembre 1051. En Orient il fut parfois utilisé aussi jusqu’au XIe siècle.

Matière première
Il s’agit de la moelle découpée longitudinalement, en rubans, de la tige triangulaire d’une plante aquatique, le papyrus (cyperus papyrus) qui pousse à l’état sauvage sur les bords du Nil, en Éthiopie, au Soudan, en Sicile. La plante qui pousse dans des eaux marécageuses peut atteindre six mètres de haut.

Fabrication
La tige est découpée en tronçons d’environ 40 cm de long qui sont ensuite coupés en lamelles. Les lamelles sont ensuite disposées les unes à côté des autres.
Sur une première couche de lamelles de moelle de papyrus est disposée, perpendiculairement, une seconde couche. Le tout est ensuite battu avec un maillet sur une pierre humidifiée. Il est soudé naturellement grâce à la sève.
La feuille ainsi obtenue est séchée à l’air, lissée à la pierre ponce et découpée en rectangles.

Ces pièces sont ensuite collées les unes à la suite des autres, en faisant correspondre le sens des fibres, pour former un rouleau (volumen) d’une vingtaine de feuille. Ces rouleaux mesuraient le plus souvent 5 mètres de long et 30 cm de large.
La première pièce du rouleau était appelée protocole, la dernière eschatocole. L’on écrivait sur une seule face, au recto.

Utilisation
Le papyrus fut très largement utilisé et essentiellement sous forme de rouleau.

Réutilisation
Soit on lavait le recto déjà écrit, soit on écrivait au verso.

Changements liés à ce nouveau support
Avec le passage de la pierre au papyrus et du ciseau au pinceau, le scribe obtient une graphie plus « coulante », simplifiée. Il écrit plus vite.
La matière première est abondante. Sa souplesse, sa légèreté et son faible encombrement facilitèrent la diffusion de l’écriture.
Mais sa fabrication est coûteuse et délicate. De plus on écrit en général que d’un seul côté et l’humidité et les insectes nécessitent d’y prêter grand soin.
Résistant mal au pliage en cahiers, l’usage du codex va peu à peu disparaître avec l’apparition du parchemin au IIe siècle.
   
 

Les supports d'écriture


Le papyrus

Les tablettes de cire

Le parchemin

Le papier

Récapitulatif








       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]