Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

Supports d'écriture

Outils et instruments
d'écriture

Les encres

Styles d'écriture

Les livres, les reliures

Textes de l'Agenais

Exercices

Liste des documents
suivant leurs cotes


Textes et écritures au Moyen Age en Agenais

La caroline
.................................................................

Utilisation
Du IXe siècle au XIIe siècle.

Évolution
Issue au VIIIe siècle d’une version réformée de la semi-onciale, elle survécut sous cette forme jusqu’au XIe siècle, avant de se modifier en gothique primitive et rotunda.
Elle se répandit, de façon quasi hégémonique, dans toute l’Europe.


Caractéristiques
Elle est intimement liée au renouveau carolingien.
L’empereur Charlemagne commanda des rédactions nouvelles pour corriger les textes des erreurs accumulées de copie en copie. Ces ouvrages furent par la suite accompagnés de la mention ex authentico libro. Pour superviser tout cela, il s’entoura d’intellectuels, notamment de Paul Diacre, d’Alcuin et de Théodulfe.
Les différentes variations monacales de l’écriture commune romaine se normalisèrent au IXe siècle, avec les productions de Tours (dont Alcuin était abbé), de Corbie, d’Aix-La-Chapelle. Ainsi se fit la réforme de l’écriture caroline (ou littera gallica, par opposition à la littera romana).

La principale différence entre la semi-onciale et la minuscule caroline réside dans la coupe du bec de la plume.
La semi-onciale utilise un bec en biseau qui forme une lettre droite avec des pleins et des déliés.
La minuscule caroline est écrite à l’aide d’un bec à bout carré qui permet de former des traits d’égales proportions. Le a se ferme en une boucle, le e idem (se distinguant ainsi du c), le f se différencie du s par un petit trait horizontal. Les lettres longues dépassent par le haut (b,d,l) et par le bas (g,p,q). Les ligatures disparaissent. Cette écriture est d’une grande lisibilité.
L’onciale se cantonne dans les titres et dans les initiales.


La caroline devient universelle : XIIe siècle
L’Europe occidentale possède son écriture avec toutefois quelques nuances : les italiens dessinent des lettres plus rondes, les caractères allemands sont plus anguleux tandis que l’Angleterre s’adonne aux lettres étroites. L’écriture sort du champ de la liturgie et de la théologie, elle échappe aux seuls copistes et au latin.
Sciences, romans, ouvrages culinaires se multiplient en latin mais aussi en langue vulgaire. Les laïcs (artisans et scribes) s’organisent en guildes pour le service de la noblesse et de la bourgeoisie.
Avec eux se diffuse l’usage des abréviations. Les mots se détachent clairement les uns des autres et la césure apparaît en fin de ligne.
L’écrit élargit sa « niche », peu à peu son usage se répand dans l’ensemble de la société.
   
 

Styles d'écriture


La caroline

La gothique primitive

La bâtarde anglaise

La rotunda

Récapitulatif






       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]