Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

1/ Le plus ancien acte des Archives départementales

2/ La représentation royale à travers deux lettrines

3/ Un grand féodal

4/ La femme noble

5/ L'équipement du chevalier

6/ Les sceaux de villes

7/ Le catharisme en Agenais

8/ L'organisation municipale

9/ La vie quotidienne au XIIIe siècle

10/ L'organisation des métiers

Travail sur les documents


Images médiévales

6. Les sceaux de villes
Sceau d'Agen, première moitié du XIIIe siècle.
Sceau rond biface, 84 mm.
Moulage,
Arch. nat. D 5565 et 5565 bis

Avers : ville fortifiée avec enceinte maçonnée, crénelée, à trois portes. A l'intérieur, clocher percé de baies, flanqué de deux clochetons et de deux tours carrées crénelées et percées de baies.
Légende : + SIGI [LL] VM. CONSILII : CIVITATIS : AGENNI
Revers : aigle tenant dans ses serres une banderole.
Légende : + SIGILLVM COMUNITATIS CIVITATIS AGENNI

Sceau de Penne-d'Agenais,
XIIIe siècle.
Sceau rond biface, 65 mm.
Moulage, Arch. nat. D 5571

Avers : enceinte sur un rocher, maçonnée, crénelée, à la porte fermée et flanquée de deux tours carrées. Au centre, un donjon sans ouverture, accosté de deux plumes (pena : plume en latin).
Légende : + S' *COMVNIS * PENNE *AGENENCIS *
Revers : La croix de Toulouse.
Légende : + * SIGILLVM * CONCILII * PENNE * AVE

Sceau de Marmande, XIIIe siècle.
Sceau rond biface, 65 mm.
Moulage,
Arch. nat. D 5570 et 5570 bis

Avers : quatre châteaux fermés, maçonnés, crénelés et percés de baies, posés en croix et réunis par une muraille crénelée, représentation schématique de la ville.
Légende : + SIGILLVM : CONC [ILI] I : DE MARMANDE
Revers : la croix de Toulouse entourée d'arabesques entre deux filets.

Sceau de Port-Sainte-Marie, XIIIe siècle.
Sceau rond biface, 65 mm.
Moulage,
Arch. nat. D 5572 et 5572 bis

Avers : écu à la croix de Toulouse.
Légende : + SIGILLVM : CONCILII
Revers : Vierge couronnée et nimbée, assise sur un banc, de face, tenant l'enfant Jésus également nimbé.
Légende : + BEATE MARIE : DEL PORT

Sceau de Mézin, XIIIe siècle.
Sceau rond biface, 60 mm.
Moulage,
Arch. nat. D 5561 et 5561 bis

Avers :
la croix de Toulouse.
Légende : + S' : COMVNITATIS : MEDICINI
Revers : la tête de saint Jean-Baptiste, au-dessus d'un bras armé d'une épée.
Légende : + S : SANTI : IOHANNIS : BAPTISTE

Le sceau est une galette de cire (rouge, marron ou verte) appendue à un acte ou plaquée sur un document. Il porte, imprimé en relief, l'empreinte de signes alphabétiques et d'images qui définissent et caractérisent son possesseur.

Marque de propriété, le sceau est au Moyen âge le mode habituel de validation des actes, comme de nos jours la signature. D'abord réservé aux souverains dans le Haut Moyen âge, l'usage du sceau se répand aux XIIe et XIIIe siècles dans toutes les couches de la société. A la fin du XIIe siècle apparaissent les sceaux de villes : comme l'Hôtel-de-Ville le sceau municipal symbolise le pouvoir et la place occupés par la collectivité locale dans la société.

Les villes de notre région ne semblent pas posséder de sceau avant 1227 : ni Agen, ni Port-Sainte-Marie, ni le Mas-d'Agenais n'en ont à cette date (aucune trace de sceau ou d'annonce dans un traité de cette date, voir Archives municipales d'Agen, AA1). En revanche ces trois villes ainsi que Mézin, Penne et Marmande ont un tel signe de validation en 1239 (voir Archives municipales d'Agen, AA1) : un traité entre ces communes porte encore les attaches des sceaux qui, eux, ont disparu.

Tous ces sceaux sont bifaces (comme des monnaies), d'un diamètre presque identique (entre 60 et 65 mm), sauf celui d'Agen qui est nettement plus grand. Tous, là encore sauf Agen, portent à l'avers ou au revers, dans le champ ou sur un écu, la croix de Toulouse, armes de la famille des comtes de Toulouse. La figuration de cette croix est sans doute l'expression de la fidélité de ces villes de l'Agenais à Raymond VII dans sa lutte contre le roi de France.

Sur ces six sceaux trois arborent des murailles plus ou moins flanquées de tours, abritant un donjon ou un clocher : ces fortifications symbolisent souvent ce qui différencie la ville de la campagne. L'allusion au saint patron (qui peut aller jusqu'à l'allusion au nom) est également présente dans deux cas au revers des sceaux de Mézin et Port-Sainte-Marie. Quant à la signification de l'aigle très héraldique qui occupe le champ du sceau d'Agen, son interprétation est plus difficile : les prud'hommes et les consuls l'ont-ils choisi parce qu'il est le roi des oiseaux, ont-ils voulu évoquer la légende selon laquelle l'aigle est le seul animal à monter vers le soleil sans cligner des yeux, qualité qui lui a valu d'être le symbole de saint Jean, ou encore est-ce une allusion à Charlemagne?
   
 

Exercices


I. Etudier un grand seigneur méridional au travers d'un sceau.

II. Etudier un grand chevalier au travers d'un sceau

III. Etudier la ville au Moyen Age au travers de sceaux du XIIIe siècle.


IV. L'exemple d'Agen: etudier la ville au Moyen Age

V. Introduire l'étude du Moyen Age occidental

Les exercices sont téléchargeable
au format Word

Chronologie Agenaise





       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]