Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

1/ Le plus ancien acte des Archives départementales

2/ La représentation royale à travers deux lettrines

3/ Un grand féodal

4/ La femme noble

5/ L'équipement du chevalier

6/ Les sceaux de villes

7/ Le catharisme en Agenais

8/ L'organisation municipale

9/ La vie quotidienne au XIIIe siècle

10/ L'organisation des métiers

Travail sur les documents


Images médiévales

9. La vie quotidienne au XIIIe siècle
Livre des statuts et coutumes de la ville d'Agen écrit et imprimé sur parchemin contenant cent quatre feuillets, XIIIe siècle.
Registre en parchemin avec miniatures et lettres ornées, couverture réalisée en 1772 par Boé, 106 feuillets, 23 x 15 cm.
Arch. dép. de Lot-et-Garonne,
dépôt de la bibl. mun. d'Agen Ms 42

C'est là sans doute la plus ancienne copie des coutumes et privilèges accordés à la ville d'Agen. Confectionné par ordre de la municipalité entre 1250 et 1270, ce livre est contemporain du règne de saint Louis et d'Alphonse de Poitiers (voir la miniature sur l'host). Il avait pour fonction essentielle de recevoir le serment de fidélité aux franchises et statuts fait par le suzerain de la ville, qu'il fût roi de France ou celui d'Angleterre. C'est aussi sur ce registre -appelé livre juratoire- que les consuls, une fois désignés, prêtaient serment.

Ecrit en langue romane, ce manuscrit, divisé en quarante deux chapitres confus, est illustré de nombreuses vignettes révélant bien des détails sur la vie quotidienne en ce milieu du XIIe siècle en Agenais. Ce texte est précédé d'une table, de deux grandes miniatures représentant la Passion du Christ et la Vierge tenant l'enfant Jésus, enfin d'extraits des évangiles décorés des symboles des quatre évangélistes. Miniature de saint Jean : l'évangéliste assis, en train d'écrire sur un manuscrit posé sur un pupitre ; à ses pieds l'animal qui le symbolise, l'aigle. Les trois autres évangélistes ont eux pour symbole : Luc, le boeuf ailé (appelé aussi tétramorphe) ; Mathieu, l'ange ; Marc, le lion ailé.

Les autres miniatures évoquent des scènes de la vie publique ou privée, politiques, militaires ou économiques.

Vie politique :

Toute puissance de la coutume. Le seigneur d'Agen prête serment sur le livre des coutumes et devant le Conseil de respecter les libertés et franchises de la ville. Assis sur un banc recouvert d'un coussin et posé sur une estrade, le prince jure de la main droite sur le livre que lui présente l'un des consuls à genoux.

Le service militaire est réglementé. Cette miniature illustre l'obligation annuelle faite aux citoyens et bourgeois d'Agen de servir dans l'armée du seigneur pendant 40 jours dans les limites de l'évêché d'Agen ou en dehors pourvu qu'ils puissent regagner la ville chaque jour. A gauche, vêtu d'une cotte et de chausses de mailles, coiffé d'un casque plat doré, tenant le bouclier et la lance, chevauche le prince. Il est accompagné de ses chevaliers également à cheval, l'un portant
sa bannière (les armes évoquent Alphonse de Poitiers : le lis capétien au centre ; le château de Castille à gauche ; la croix d'or pommelée des comtes de Toulouse à droite). A droite, portant des piques, des fantassins en armes, sans doute des bourgeois requis pour le service militaire.

Statut civil et privé :


Serment du futur citoyen d'Agen. A genou, l'étranger qui veut devenir citoyen doit abjurer sur les saints Evangiles toute hérésie et jurer devant le Conseil d'acheter un lieu en ville dans l'année. En contrepartie, dès son entrée il devient libre et sera exempt durant un an de service militaire et d'imposition.

Ce qu'il advient lorsqu'on meurt sans testament. Lorsqu'un homme meurt sans testament ou héritier apparent, ses biens sont pendant un an et un mois gardés par le conseil pour un éventuel héritier. S'il ne s'en présente pas, les meubles sont remis au seigneur d'Agen, les immeubles au seigneur de qui le défunt les tenait.
Ce droit est ici évoqué par la scène de remise à deux consuls de clés, symboles des biens du défunt qui, lui repose sur son lit, entouré de personnages qui le veillent.

L'adultère et sa punition. Pris en flagrant délit, l'homme et la femme adultères sont promenés par la ville, nus, attachés ensemble par une corde. Deux hommes précèdent le cortège, soufflant dans des trompettes pour informer la population. Derrière eux un groupe armé de bâtons.

Prévention des faux témoins. Accompagné des mêmes trompettes et porteurs de bâtons, le faux témoin doit, lui, parcourir la ville, la langue percée d'une broche de fer. Il voit, en outre, ses biens confisqués.

Vie économique et police administrative :

Le commerce du blé. Chaque moulin, installé sur la Garonne du pont de Merdalo ou pont de l'Evêque et qui travaille en semaine, doit payer au seigneur une pugnère de blé moulu. Un droit est également perçu sur chaque émine achetée ou vendu à Agen.
Ce commerce des grains est évoqué par le transport dans des sortes de grands sacs de blé jusqu'à la ville symbolisée ici par ses murailles.

Contrainte dans la culture de la vigne. Autre activité et commerce important, celui du vin. Un chapitre est consacré aux qualités que doivent présenter les cuves à vin et à vendange ; finition, contenance, forme, tout est surveillé. Ce sont ces cuves que l'on voit sur la miniature faire l'objet d'une vente entre deux hommes.

Le commerce du sel et le salin. Le seigneur possède un droit du sel très étendu. Il peut tout d'abord faire remonter à Agen librement jusqu'à 13 navires chargés de cette denrée une fois par an ; il a également le droit de préemption sur le sel acheminé dans la ville et peut, seul, autoriser sa sortie ou son transport entre Lot et Garonne. Très utilisé, en particulier pour la conservation des aliments, le sel était convoyé par bateau à voile sur la Garonne.

Surveillance des poids et mesures. Très surveillés, les objets servant à mesurer devaient être exact, sous peine d'amende. Ici est représenté le mesurage de l'huile : la vendeuse, vêtue d'une robe et d'un bliaud ajusté, fait couler d'une cruche dans le mesure l'huile qui sera ensuite recueillie grâce à un entonnoir dans une bouteille. A droite l'acheteuse, en manteau et capuchon, surveille l'opération.

L'arpentage. Pour mesurer les terres c'est la perche -qui doit avoir 12 pieds- qui est utilisée. L'arpenteur chargé d'une telle tâche doit s'exécuter devant deux prud'hommes de la ville, après avoir juré sur les Evangiles de "percher" loyalement, sans se laisser acheter. Son salaire est également fixé par le Conseil : il est proportionnel à la superficie de la terre à mesurer et à son éloignement d'Agen.
   
 

Exercices


I. Etudier un grand seigneur méridional au travers d'un sceau.

II. Etudier un grand chevalier au travers d'un sceau

III. Etudier la ville au Moyen Age au travers de sceaux du XIIIe siècle.


IV. L'exemple d'Agen: etudier la ville au Moyen Age

V. Introduire l'étude du Moyen Age occidental

Les exercices sont téléchargeable
au format Word

Chronologie Agenaise





       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]