Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

1ère partie :
Le contexte de la campagne électorale et la victoire du Front populaire

2ème partie :
La campagne électorale, les élections et la victoire du Front populaire : l'exemple du Marmandais

3ème partie :
Le Front populaire au pouvoir : l'exemple du Lot-et-Garonne et de Renaud Jean

4ème partie :
Les échecs, la chute du Front populaire, la reprise des grèves : un regard Lot-et-garonnais

Conclusion

Bibliographie

Exercices


Le Lot-et-Garonne des années trente : 4e partie

III/ Une fin annoncée ?

Chronologie nationale
13 février 1937 : face à l'hostilité des milieux financiers et industriels, Blum annonce une pause dans les réformes sociales.

16 mars 1937 : Fusillade de Clichy, une contre-manifestation du parti communiste lors d'une réunion (non interdite) du P.S.F. se heurte aux forces de l'ordre (6 morts, 200 blessés).

21 juin 1937 : Blum demande les pleins pouvoirs financiers. Face au vote négatif du Sénat il doit démissionner. Le 26 juin 37 Renaud Jean commente la chute du Front populaire dans "Le Travailleur" document.17

Juin 1937 - mars 1938 : deux ministères Chautemps (radical) poursuivent l'orientation politique du Front populaire, mais de façon très atténuée.

13 mars 1938 - 8 avril 1938 : deuxième ministère Blum. C'est un échec. Le radical Daladier le remplace au gouvernement (30 septembre 1938, accords de Munich...).

L'impuissance de la Gauche à changer les choses dans le cadre du parlementarisme ?
Malgré la mobilisation permanente du parti communiste
4 décembre 1937 : Jacques Duclos en meeting à Agen.

Guerre d'Espagne document.18

La tentative de relance opérée par le Front populaire n'est pas sans effets. Toutefois, ils demeurent modestes. Le patronat, globalement, ne joue pas le jeu et essaie par tous les moyens d'atténuer la portée de l'Accord Matignon et des autres lois sociales. L'inflation asphyxie les exportations et oblige le gouvernement à dévaluer le franc (top tard et trop peu).
La droite et l'extrême droite attaquent le Front populaire sur tous les fronts, sans aucun ménagement.

Mais c'est la Guerre d'Espagne qui déclenchera la crise : Blum choisit une voie médiane (de "non-intervention") entre les communistes et l'aile gauche de la S.F.I.O. partisans d'une intervention auprès des républicains et les radicaux qui prônent l'abstention totale.
Blum doit démissionner en juin 1937 à cause du refus des radicaux du Sénat de lui accorder les pleins pouvoirs financiers.
Les communistes lui reprochent de ne pas être allé assez loin dans les réformes, les radicaux au contraire d'être allé trop loin.

Pendant ce temps l'extrême droite en France et le fascisme à l'extérieur... prospèrent.
   
 

Plan du chapitre


I. Grève des établissements Bournac à Villeneuve en 1937

II. Situation économique général

III. Une fin annoncée ?






       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]