Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

1ère partie :
Le contexte de la campagne électorale et la victoire du Front populaire

2ème partie :
La campagne électorale, les élections et la victoire du Front populaire : l'exemple du Marmandais

3ème partie :
Le Front populaire au pouvoir : l'exemple du Lot-et-Garonne et de Renaud Jean

4ème partie :
Les échecs, la chute du Front populaire, la reprise des grèves : un regard Lot-et-garonnais

Conclusion

Bibliographie

Exercices


Le Lot-et-Garonne des années trente : 2e partie

I/ L'attitude des autorités :
1936, une victoire de la gauche non annoncée

Les candidatures aux législatives : au 17 février 1936.
Retrait d'un possible candidat affilié au Front populaire (le conseiller général Coste)
Retrait d'une autre candidature possible (Buytet, conseiller municipal de Marmande, démocrate populaire)
Aucun candidat S.F.I.O. ou radical-socialiste.

Restent donc en lice :
· Laban, battu en 1932 sous l'étiquette républicain de gauche et qui
se présenterait comme radical indépendant
· Boisvert, radical indépendant mais issu d'une famille connue comme bonapartiste
· Dubourg, républicain socialiste, conseiller général et maire de Tonneins
· Renaud Jean, Communiste (S.F.I.C.), conseiller général du Canton du Mas et Député sortant document.6

Les candidatures aux législatives :
Au 17 février 1936 : rapport du sous-préfet de Marmande au préfet après un appel téléphonique de ce dernier (3 M 61)

Les pronostics
Le sous-préfet envisage un 1er tour serré : Renaud Jean puis Laban et enfin Dubourg.
Au second tour l'union se fera derrière le mieux placé entre Laban et Dubourg "pour combattre le communisme". Elle permettra la victoire contre Renaud Jean.
Au 6 avril 1936 : Lettre du sous-préfet de Marmande au préfet (3 M 61)

2 clans à droite
Les conservateurs sont crédités de 1 200 voix, les républicains modérés disposeraient d'une fourchette de voix allant de 2 500 à 3 000 voix.
Ces deux clans se sont opposés au second tour des législatives de 1932, permettant ainsi la victoire de Renaud Jean.
Ils seraient décidés cette fois-ci à s'unir au second tour, puisque Boisvert, malgré les pressions de son parti, souhaite maintenir sa candidature au 1er tour
Laban, dans la perspective d'un second tour face à Renaud Jean, devrait récupérer dès le 1er tour de nombreuses voix de droite anti-Front populaire et anti-communiste. Mais son maintien au second tour des élections de 1932 lui a aliéné une partie de la droite.

A gauche :
Le parti communiste (qualifié de "Jeaniste" par le sous-préfet) devrait faire le plein de ses voix au 1er tour (entre 6 et 7 000).
Mais la candidature de Dubourg doit priver Renaud Jean d'une partie des voix socialistes et rallier celles des électeurs de droite n'ayant pas pardonnés "la trahison" de Laban de 1932.
Au 10 avril 1936 : rapport du sous-préfet de Marmande au préfet (3 M 61)
Dubourg se retire de la course
L'union des deux autres candidats de droite dans la perspective d'un second tour est acquise et a été rendue publique.
La candidature unique de Renaud Jean pour le Front populaire, laisserait de nombreux radicaux-socialistes sur leur faim.

Dans cette nouvelle configuration, les résultats estimés par le sous-préfet :
1er tour :
Au moins 7491 voix pour Renaud Jean, mais guerre plus car il s'est aliéné une partie des petits propriétaires agricoles en soutenant depuis 1932 les métayers et les ouvriers agricoles.
Face à lui 10 000 à 11 000 voix pour la droite, Laban devant arriver en tête.
2ème tour :
Si Renaud Jean n'est pas élu au 1er tour, le sous-préfet n’en doute pas, il ne le sera pas au second.
Au 15 avril 1936 : Rapport du commissaire spécial au préfet (3 M 61)

Pronostics pour les élections dans l'ensemble du département :
Circonscription d'Agen :
Martin (radical et député sortant) pourrait être inquiété par Philippot (candidat communiste) ou Messines. Tous trois sont des candidats Front populaire.
Face à eux, les deux candidats de droite se sont entendus pour un désistement en faveur du mieux placé pour le second tour.
Martin serait réélu au second tour.

Circonscription de Marmande :
On apprend que Renaud Jean s'est plein que "La Dépêche" soutienne dans les faits la candidature de Laban. Martin, le député radical sortant d'Agen, serait intervenu auprès d'Albert Sarraut pour mettre un terme à cette situation.
Renaud Jean ne serait pas dans une très bonne position pour être réélu. Laban devrait être élu au second tour.

Circonscription de Nérac :
Ballottage au 1er tour, mais réélection facile du député sortant (Courrent) au second tour.

Circonscription de Villeneuve :
Plusieurs candidats du Front populaire.
Pabon devrait être élu au second tour.
   
 

Plan du chapitre


I. L'attitude des autorités : une victoire de la gauche non annoncée

II. Une campagne tendue

III. Le triomphe de Renaud Jean et du Front populaire






       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]