Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogiques "Au fil du temps" Ateliers  

1ère partie :
Le contexte de la campagne électorale et la victoire du Front populaire

2ème partie :
La campagne électorale, les élections et la victoire du Front populaire : l'exemple du Marmandais

3ème partie :
Le Front populaire au pouvoir : l'exemple du Lot-et-Garonne et de Renaud Jean

4ème partie :
Les échecs, la chute du Front populaire, la reprise des grèves : un regard Lot-et-garonnais

Conclusion

Bibliographie

Exercices


Le Lot-et-Garonne des années trente :

Introduction et sommaire

Généralités
Cette mallette pédagogique virtuelle est une version épurée (18 documents) d'une mallette pus complète (55 documents) disponible au Archives départementales. Nous présentons ici les grandes caractéristiques de la période. Nous n'aurons pas le loisir d'affiner, de nuancer ou de relativiser. Cet outil « toilé » a donc pour principal objectif de mettre à disposition des enseignants et des curieux quelques documents locaux resitués dans leur contexte. Une fiche de lecture et d'exploitation est proposée pour chacune des pièces.

Pistes de travail : autour de Renaud Jean
- Les répercussions de la crise économique de 1929 et la crise
de la démocratie dans les années 30
- Le Front populaire
- La marche vers la guerre


Un regard croisé entre le cadre national et le prisme local avec comme acteur privilégié (et révélateur) Renaud Jean, un député communiste paysan égaré (?) en terres radicales. Ce grand tribun n'est pas un archétype mais plutôt une exception qui donne à notre département un caractère annonciateur, car Renaud Jean est déjà dans la dynamique du Front populaire bien avant 1936.

Son triomphe électoral (+ 52% de suffrages au 1er tour de 1936 par rapport à celui de 1932) souligne qu'il est dans le ton, contre toute attente (de la part des autorités). De plus, il n'est pas exempt de stalinisme (culte de la personnalité, dogmatisme, opportunisme et à certaines occasions mauvaise foi) et ses pratiques ne sont pas toujours des plus démocratiques : il incarne bien le communisme de l'entre-deux- guerres. Mais la fin (la lutte contre le fascisme et au delà la destruction du capitalisme) justifie les moyens...

Et peu à peu au fil des documents, des sources on découvre qu'il n'est pas celui que l'on croit. Derrière les certitudes affichées, on trouve un homme qui doute et qui s'interroge. Au-delà de son engagement communiste pointe un humaniste sans concession qui ne recule devant aucune de ses responsabilités et s'avère être, dans l'adversité, un militant sincère et ouvert, respecté par ses adversaires.




       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]