Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogique "Au fil du temps"    

La sorcellerie
en Agenais


Introduction sur le sujet

Textes du XIXe siècle

Transcription du texte

Eléments pour
exploiter le texte
en classe

Exemple de lutte
contre la sorcellerie
au XVIIe siècle


Introduction
.........................................................................

L’histoire des mentalités est un aspect fondamental de l’étude profonde des mutations de la population française. C’est à cette histoire que se consacre ce bulletin, au travers d’un thème bien particulier qui est celui de la sorcellerie.

Un bulletin qui se veut avant tout une approche historique de ce phénomène à travers l’exemple de l’Agenais et les documents des Archives départementales de Lot-et-Garonne. Mais un bulletin qui peut aussi devenir un pont jeté entre la réalité et le conte, permettant de bâtir un projet d’étude transversal associant l’ Histoire et le Français, pour des classes de CM1, CM2, 5e ou même Seconde.

Élément symbolique du Mal, la sorcière hante de sa funeste silhouette
l’imaginaire enfantin et peuple les nombreux contes qui, de transmission orale en transcription écrite, sont parvenus jusqu’à nous. Pourtant si ce personnage appartient au monde de la littérature, le combat contre une prétendue sorcellerie est bien une réalité historique.

Plongeant ses racines au coeur du Moyen Age, le thème de la sorcellerie est présent dès 506 et le concile d’Agde où un canon était consacré à cette question. Il faut cependant attendre la fin du XVe siècle pour que la " traque des sorcières " prenne un caractère systématique en Europe, suite à la rédaction par le pape Innocent VIII de la bulle " Summis desiderantes affectivus ", dans laquelle la sorcellerie est assimilée à la pire des hérésies et passible de la peine capitale, considérée comme " seule punition juste ".
S’il semble avéré que des procès en sorcellerie se soient tenus en Agenais dès le Moyen Age, les premiers documents conséquents sur ce thème n’apparaissent qu’au début du XVIIe siècle, essentiellement sous la forme de procès-verbaux de condamnations prononcées par les diverses instances judiciaires, documents répertoriés dans la série B des Archives départementales.

Des procès-verbaux qui s’étalent sur deux siècles et révèlent des caractères intéressants: la forte féminisation du phénomène (plus des deux tiers des procès), la dureté des peines infligées (souvent le bûcher précédé de la pendaison, ou la flagellation publique dans certains cas), ainsi que la coïncidence entre les flambées de lutte contre la sorcellerie
et les crises économiques.

Il est vrai que les périodes de calamités naturelles sont souvent associées à une prétendue influence néfaste des forces démoniaques et la chasse aux sorcières - c’est en particulier le cas en 1611- devient un exutoire aux malheurs de la population.

L’abondance des procédures engagées à partir du XVIIe siècle peut enfin s’expliquer par la politique de reconquête religieuse initiée par le concile de Trente après la crise du XVIe siècle. Une politique de reconquête qui passe par une lutte acharnée contre toutes les formes de déviance et de paganisme aussitôt assimilées à de la sorcellerie. L’évêque d’Agen Nicolas de Villars, titulaire du siège diocésain au début du XVIIe siècle, illustre très bien cette lutte, comme le montrent les notes prises lors de ses visites paroissiales, notes étudiées par Lucile Bourrachot dans sur article sur le diocèse d’Agen paru en 1969 dans la Revue de l’Agenais.

Si la sorcellerie disparaît en tant qu’acte criminel au début du XIXe siècle, elle demeure néanmoins fortement ancrée dans le vécu populaire, comme en témoigne le document que nous vous proposons dans ce bulletin
 
Pour plus d'informations

Concile : Assemblée des évêques de l'Eglise catholique. Le premier concile à s'être tenu est le concile de Nicée, en 325, où fut défini le Credo.

Canon : C'est une loi ecclésiastique, définie lors d'un concile, en matière de foi mais aussi de discipline religieuse.

En Agenais, la sorcière est désignée sous deux mots très différents. Elle peut être la "pousouére", c'est-à-dire l'empoisonneuse. Ce mot est surtout fréquent au nord de la Garonne.
Elle peut être aussi, dans la partie landaise, "l'hitilhera", c'est à dire la jeteuse de sort.


Concile de Trente : Convoqué par le pape Paul III entre 1545 et 1563, il a réformé profondément l'Eglise catholique mais aussi créé, avec la mise en place de l'Inquisition, une arme pour lutter contre l'hérésie et enrayer l'extension du protestantisme en Europe.




       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]