Liens
plan du site
Conseil général
Contact
Accueil Archives Présentation Activités pour les classes Mallettes pédagogique "Au fil du temps"    

Le
protestantisme
en Agenais


Introduction sur
le sujet

Textes du XVIe siècle

Transcription du texte

Eléments pour
exploiter le texte
en classe

Le contexte
de l'Édit de Nantes
et une lettre close
d'Henri IV


Le contexte de l'Édit de Nantes
et une lettre close d'Henri IV

L'Édit de Nantes
Les guerres de religion (1561-1598), qui ont bien sûr aussi ravagé nos régions -les cahiers de doléances de 1583 parlent de 4000 maisons brûlées5- ont été ponctuées d'édits de pacification plus ou moins favorables aux protestants. Monluc, qui servit la monarchie et le catholicisme, soupire : "nous gagnions par les armes, mais ils gagnaient par ces diables d'écritures"(voir bibliographie n°6).

Les précurseurs de l'Édit de Nantes :
Celui auquel se réfère l'Édit de Nantes est l'édit de 1577 qui accorde aux protestants la liberté de culte dans tous les endroits où il existe au 17 septembre 1577, des chambre mi-parties, l'égalité dans les emplois, des places-fortes pour 6 ans (prolongées de 3 ans). Cet édit a été repris par les conférences de Nérac auxquelles ont participé Catherine de Médicis, sa fille Marguerite de Navarre et son époux, le futur Henri IV (octobre 1578 à février 1579). Le texte issu de ces conférences accorda aux protestants de nouvelles places-fortes. Contraint par la Ligue, Henri III supprima ces édits en 1585, "avec chagrin", rapporte Soulier dans son Histoire des édits de pacification(voir bibliographie n°7)


Lettres closes d'Henri IV désignant le sieur de La Force pour faire exécuter l'Édit de Nantes en Agenais.

Henri IV et l'Édit de Nantes
Pendant son occupation d'Agen de 1576 à 1578, Henri IV écrit le 21 décembre 1576 : "Nous sommes tous François et concitoyens d'une mesme patrie ; partant il nous fault accorder par raison et doulceur et non par la rigueur et cruauté qui ne servent qu'à irriter les hommes". Devenu roi il ne renie pas ses idées. Les discussions avec les protestants durèrent de longs mois. J.Garisson-Estèbe estime que l'Édit fut la marque de l'autorité royale restaurée par Henri IV. En revanche, Soulier, prêtre, le ressent comme une faiblesse face aux protestants.

Documents proposés pour une visite aux
Archives départementales sur ce thème :


- Lettres patentes du roi Charles IX (1570) : taille supprimée à cause de la ruine du pays.
- Lettres closes d'Henri III (1585).
- Lettres patentes d'Henri IV sur l'Édit de Nantes (1598).
- Ordonnances des commissaires, 1600 (document étudié pages précédentes).
- Remontrances faites au roi par les députés du Tiers-état (1614).
- Édit de Nantes, édit de 1577, conférence de Nérac.
- Florimont de Raymond (voir bibliographie).
- Blaise de Monluc (voir bibliographie).
- Soulier (voir bibliographie).
- Livre de raison de Jean de Lorman : siège de Clairac en 1621.
- Juste et équitable déclaration du roi : Louis XIII à Clairac (1621).
- Actes de la jurade de Tonneins, 1647 ; le consistoire refuse que les jurades se tiennent dans le temple.

 
Bibliographie

Jeanine Garisson-Estèbe : Protestants du midi, 1559-1598, Privat, 1980, A.D. AA 142,
1ère et 2e partie.

Abbé Dubois :
Exécution de l'Édit de Nantes en Agenais, Revue de l'Agenais, 1910,
p. 363-371.

Marcel Marion :
Dictionnaire des Institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1923.

Abbé Dubois :
Exécution de l'Édit de Nantes en Agenais, Revue de l'Agenais 1910, p. 363-371.

Georges Tholin :
Guerres de religion en Agenais, Agen, 1887, A.D. XV 17, 26, 226.

Blaise de Monluc :
Commentaires, Bordeaux, 1592, A.D. Fonds de Raymond 574,
livre 6, p. 254.

Soulier :
Histoire des Édit de pacification,
Paris 1682, A.D. MM 794, p. 172.



       
 
[ accueil archives ] [ présentation ] [ activités pour les classes ]
[ mallettes pédagogiques ]
[ au fil du temps ]
[ liens ] [ plan du site ] [ conseil général ] [ contact ]