longuevie1.jpg (10208 octets)
longuevie2.jpg (8586 octets)
Page d'accueil
Informations
La visite
Le liège aujourd'hui
Bibliographie
Agenda des animations du musée
Contactez-nous
Vous êtes ici    Page d'accueil / La visite / La forêt / La longue vie du chêne-liège

Couvert de son écorce, le tronc trapu du chêne-liège se prolonge en une cime basse et peu dense qui maintient son feuillage pendant la période hivernale. Composé de petites feuilles coriaces et luisantes, le feuillage est renouvelé partiellement chaque année au débourrement des nouvelles pousses en mai. Dès l'âge de 15 ans, l'arbre porte en même temps des fleurs mâles et femelles, dont la pollinisation donnera la même année des glands d'un gros calibre. Sa fructification est optimale lorsque vers 30 ans s’opère le démasclage. La vitalité de l'arbre se traduit par une longévité importante qui dépasse 150 ans pour les arbres cultivés et 300 ans pour les autres.

D'une culture relativement facile, le chêne-liège ne nécessite qu’un labour tous les deux ans. Il connaît, en revanche, quelques parasites notamment les chenilles et les champignons.

S'accommodant de terrains pauvres de types siliceux et acides, dans lesquels l'arbre se fixe en développant un fort réseau de racines, le chêne-liège nécessite :

- des apports importants en eau avec des précipitations, comprises entre 600 et 1200 mm/an, s'accompagnant d'une humidité atmosphérique supérieure à 60 % pendant la période estivale ;

- des températures supérieures à 13° C et des périodes de sécheresse, soit un hiver doux et un été chaud. Le chêne-liège est généralement sensible aux fortes gelées et ne pousse pas au-delà de 700 m d'altitude.

- de la lumière : une forte insolation favorise le développement de l'arbre et la poussée du semis.

Les zones géographiques remplissant ces conditions sont relativement restreintes et se situent principalement sur :

- la façade de l'Océan Atlantique, du Maroc au Portugal jusqu'en Aquitaine, avec une localisation sur le plateau landais dont l'Albret est la prolongation naturelle ;

- le pourtour du bassin méditerranéen, du Maghreb, en passant par les Pyrénées-Orientales et la Catalogne, jusqu'en Italie en incluant les îles méditerranéennes (Corse, Sardaigne et Sicile).

Bien qu’issue du berceau méditerranéen, deux tiers de la forêt de chênes-lièges se concentrent sur la bordure atlantique. Le chêne-liège connaît depuis plusieurs années des essais d'acclimatation, dan le monde entier, jusqu'en Amérique du Sud et au Japon.